Un des avantages de la planification d'un congé parental réside dans le fait que vous disposez habituellement de tout le temps nécessaire pour bien réussir. Qu'il s'agisse d'un congé de maternité, d'un congé de paternité, d'un congé parental ou d'un congé d'adoption, vous serez au moins en mesure de prévoir la date approximative du début de votre congé. Vous disposerez ensuite de quelques mois pour planifier celui-ci avec plus de précision. Les conseils qui suivent vous aideront à trouver des arrangements qui vous conviendront, à vous comme à votre employeur. 
 

Comprendre les politiques de votre employeur en matière de congés

Dès que possible, renseignez-vous sur les politiques relatives aux congés dont peuvent se prévaloir les employés qui attendent un enfant ou qui en adopteront un. Au Canada, les normes en matière de congé de maternité, de congé de paternité et de congé parental sont régies par le Code canadien du travail dans le cas des employés relevant de la compétence fédérale, et par la législation sur les normes du travail propre à chaque province ou territoire dans le cas de tous les autres employés. Le gouvernement fédéral régit tant les normes relatives à la durée des congés qu'aux prestations offertes, bien que ces dernières soient administrées à l'échelle provinciale. 

Selon la durée de leur service et leur nombre d'heures travaillées, les nouvelles mamans ont droit à un congé de maternité d'une durée pouvant aller jusqu'à 17 semaines, suivi d'un congé parental d'une durée maximale de 37 semaines (lequel peut être partagé entre les deux parents). À la fin du congé, les employeurs sont tenus de réintégrer les employés dans leur poste antérieur ou dans un emploi comparable, au même salaire et avec les mêmes avantages. 

Assurez-vous de passer en revue les politiques de votre employeur telles que définies dans votre guide des avantages sociaux à l'intention des employés, ou d'en demander une copie auprès de votre Service des ressources humaines, en toute confidentialité. Lisez attentivement le contenu de ces politiques afin de savoir ce qui vous attend, et réfléchissez aux questions suivantes: 

  • Votre employeur offre-t-il un supplément aux prestations de maternité durant une partie de votre congé? Si oui, comment celui-ci vous sera-t-il versé?
  • Pourrez-vous continuer d'accumuler des congés de maladie, des vacances ou des congés personnels?
  • Cette période de congé aura-t-elle des répercussions sur la date de votre prochaine évaluation du rendement ou de votre prochaine augmentation de salaire?
  • Pourrez-vous vous faire rembourser les frais liés à l'adoption?
  • Certains programmes offerts par votre employeur pourraient-ils influer sur le type de congé que vous prendrez? Par exemple, existe-t-il des modalités de travail flexibles permettant un retour progressif au travail ou facilitant le retour? Le degré de flexibilité offert peut varier d'un service à l'autre au sein d'une même organisation.
  • Quels documents devrez-vous remplir avant, pendant et après votre congé? Quels sont les délais prescrits en ce qui concerne la communication de ces renseignements? Un conseiller en ressources humaines ou un coordonnateur des congés vous aidera-t-il à remplir les documents exigés?

Déterminer la durée de votre congé

Bien qu'il soit rarement possible de déterminer avec certitude la date d'arrivée de votre bébé ou le moment où vous serez prête à retourner au travail, il n'en demeure pas moins important de discuter des dates approximatives de départ et de retour avec votre employeur. Avant de déterminer des dates précises, assurez-vous de prendre en considération les facteurs qui suivent, qui pourraient avoir une incidence sur la durée de votre congé: 

  • Tenez compte de vos finances personnelles. Êtes-vous un parent unique? Votre conjoint travaille-t-il lui aussi? Votre conjoint veut-il prendre un congé lui aussi? Au Canada, les travailleurs peuvent présenter une demande de prestations de maternité et parentales auprès de l'assurance-emploi (AE), mais celles-ci ne seront pas équivalentes à leur salaire. Selon votre taux de rémunération, les prestations d'assurance-emploi maximales que vous recevrez pourraient s'établir à environ 55 % de votre salaire. Si vous souscrivez une assurance médicale, vos primes augmenteront-elles après la venue de votre enfant? Tenez compte des frais de garde d'enfants ainsi que des nouvelles déductions fiscales.
  • Si vous avez un conjoint, cherchez à connaître ses attentes et ses sentiments à ce propos.Lorsque les deux parents prennent congé, cela peut réduire la durée de l'absence du travail de chacun d'eux, et permettre au bébé de créer des liens avec l'un et l'autre. Vous et votre conjoint désirez-vous tous deux prendre congé? Les deux en même temps? Ou l'un après l'autre? Pendant combien de temps?
  • Pensez aux obligations liées à votre poste. Participez-vous à un projet de longue haleine qui souffrira d'une absence prolongée de votre part? Certains événements sont-ils susceptibles de bouleverser vos plans (promotion, réunion de grande importance, lancement de produits, etc.)?
  • Parlez avec vos collègues de travail et amis qui ont pris un congé récemment. Comment ont-ils vécu cette expérience? Ont-ils pris congé avant la date prévue de la naissance? De combien de temps ont-ils eu besoin pour s'ajuster à un nouvel horaire de sommeil et s'adapter aux autres aspects de la vie avec un enfant, et, pour les nouvelles mamans, pour se remettre de leur accouchement?

Ébaucher votre plan avant de rencontrer votre gestionnaire

Une fois que vous avez réfléchi à la durée de votre congé, il est temps de définir comment vous envisagez votre congé « idéal ». N'oubliez pas que le simple fait de présenter un plan dénote votre engagement et souligne votre intention de revenir au travail. Réfléchissez à ce que vous voulez dire et soyez prêt à aborder ces questions avec votre gestionnaire. 

  • Indiquez à quel moment vous pensez commencer votre congé. Certaines personnes arrêtent de travailler quelques semaines avant la date prévue de leur accouchement. D'autres préfèrent travailler aussi longtemps que possible afin de maximiser le temps passé à la maison après la naissance ou l'adoption. Si vous adoptez un enfant, savez-vous à quelle date sont prévus l'adoption ou le placement en famille d'accueil? Si vous êtes enceinte, quelle est la date prévue de votre accouchement? Votre médecin vous a-t-il fait part de recommandations particulières?
  • Faites preuve de réalisme au moment de prévoir une date de retour. Ne faites pas l'erreur de planifier un congé trop court. La situation sera plus facile pour vous et pour vos collègues, si vous fixez des attentes que vous serez en mesure de respecter.
  • Faites une liste des responsabilités liées à votre poste qui seront touchées par votre congé.Inscrivez-y toutes les tâches, tous les projets que vous laisserez en plan lorsque vous prendrez votre congé, et tout ce qui est susceptible de se produire quand vous ne serez pas là. Comment vos tâches seront-elles accomplies pendant votre absence? Quelles responsabilités devront être prises en charge par quelqu'un d'autre? Certains aspects de votre travail peuvent-ils être mis en veilleuse jusqu'à votre retour?
  • Décrivez la façon dont votre travail pourrait être pris en charge pendant votre absence. Il va sans dire que cette décision appartient à votre gestionnaire, mais vos suggestions pourraient peut-être lui être utiles. Rappelez-vous que, quelle que soit l'entreprise ou la fonction, il n'y a pas qu'une seule bonne façon de faire le travail. Voici quelques possibilités:
  • répartir votre travail parmi vos collègues du service ou les membres de votre équipe;
  • nommer un autre employé pour faire votre travail temporairement.
  • embaucher un remplaçant temporaire à l'extérieur de l'entreprise.
  • Établissez un plan de retour au travail dans des conditions idéales. Réfléchissez à ce que vous aimeriez proposer ou négocier. Reprendriez-vous dès votre retour votre horaire habituel? Vous serait-il possible de revenir au travail de façon graduelle, en commençant par quelques jours par semaine ou quelques heures par jour, par exemple? Pourriez-vous envisager d'adopter un horaire réduit pendant une période précise? Rappelez-vous que les pratiques établies par votre employeur pourraient limiter vos choix à cet égard.

Discuter de votre plan avec votre gestionnaire

Lorsque vous serez prêt, prenez rendez-vous avec votre gestionnaire pour lui parler directement de la façon dont vous entrevoyez les choses, et ce, assez tôt pour éviter qu'il l'apprenne par d'autres ou qu'il fasse des conjectures. Dans la mesure du possible, tâchez d'établir un climat de confiance avec lui pour vous aider à mieux préparer votre départ. 

  • Discutez de votre plan idéal relativement à votre congé. Choisissez un moment où vous serez tous deux en mesure de vous concentrer sur cette question. Si vos fonctions vous le permettent, faites des suggestions quant à la façon dont votre travail pourrait être pris en charge en votre absence. Votre point de vue pourrait contribuer à trouver une solution qui facilitera votre retour au travail à la fin de votre congé. Soyez prêt à faire preuve de souplesse et à accepter des compris, surtout si les conditions idéales que vous envisagez ne cadrent pas avec les politiques de votre employeur. Tâchez de trouver une solution qui serait mutuellement avantageuse. Montrez à votre gestionnaire que vous avez à cour de trouver un équilibre entre vos besoins et ceux de l'organisation.
  • Soulevez toutes vos préoccupations quant aux conséquences possibles de votre congé sur votre carrière. Qu'arriverait-t-il, par exemple, si une occasion de promotion se présentait pendant votre absence? En seriez-vous avisé? Pourriez-vous soumettre votre candidature? En abordant ces questions maintenant, vous éviterez peut-être quelques malentendus plus tard.
  • Indiquez si vous souhaitez communiquer avec votre gestionnaire et vos collègues pendant votre congé et, si c'est le cas, de quelle façon. Il est possible que des contacts convenus de part et d'autre vous aident à conserver des liens et à assurer à vos collègues que vous serez là de nouveau sous peu. Certaines personnes aiment bien assurer un suivi téléphonique auprès de leur gestionnaire ou des personnes qui occupent leurs fonctions pour vérifier que tout va bien.
  • Convenez d'une autre rencontre. À l'approche de votre départ, votre gestionnaire et vous devrez peut-être vérifier certains détails relatifs à votre départ et à votre retour, à la réattribution de vos tâches et à la formation des personnes qui vous remplaceront en votre absence.
  • Confirmez ce qui a été convenu par écrit. Prévenez votre gestionnaire que vous souhaitez mettre par écrit un résumé de la discussion énumérant les points sur lesquels vous vous êtes entendus concernant la durée de votre congé, la prise en charge de vos tâches, le type de communications que vous aurez avec le bureau et votre retour au travail. Cette simple confirmation écrite de vos décisions pourrait grandement faciliter le processus entourant votre congé.

À l'approche de votre départ

Bouclez les derniers préparatifs avant votre départ. Selon le poste que vous occupez et les décisions prises par votre gestionnaire, voici ce que vous pourriez faire: 

  • Envoyez un courriel à vos collègues pour leur annoncer vos dates de départ et de retour.Prenez soin de préciser qui prendra en charge votre travail, comment et à quel moment ils peuvent vous joindre à la maison (le cas échéant), et avec qui ils doivent communiquer en cas de problèmes.
  • Participez à la formation des personnes qui seront appelées à vous remplacer. Prévoyez le temps nécessaire pour répondre à leurs questions.
  • Préparez des consignes claires à l'intention des collègues qui assumeront vos tâches. Il peut s'agir d'un calendrier où sont inscrites les dates d'un projet ou des consignes détaillées sur la réalisation de procédures complexes. Prenez soin d'organiser vos dossiers et d'établir un système qui simplifiera la tâche aux personnes qui vous remplaceront. À votre retour, ces précautions vous aideront également à reprendre le fil de votre travail. Enfin, il pourrait être judicieux de placer une copie de vos dossiers sur un lecteur partagé, pour que vos collègues puissent y accéder plus facilement.

Pendant votre congé

  • Si votre bébé vient au monde beaucoup plus tôt que prévu, n'hésitez pas à mettre vos préoccupations professionnelles en veilleuse pour un certain temps. Lorsque vous serez prêt, fixez une date pour discuter de façon plus approfondie avec votre gestionnaire et votre Service des ressources humaines des changements à apporter au plan que vous aviez établi. Essayez de mettre vos instructions par écrit si vous ne l'aviez pas déjà fait. (Il se pourrait que vous deviez vous contenter d'une version abrégée.)
  • Tout au long de votre congé, communiquez avec vos collègues de la façon convenue.
  • Si vous devez apporter des changements à ce qui a été prévu, communiquez avec votre gestionnaire et le Service des ressources humaines. Si vous avez des doutes quant à votre date de retour au travail, faites-les connaître aussitôt que possible.
  • Lorsque votre congé tire à sa fin, rappelez-vous qu'il est normal d'éprouver des sentiments ambivalents à l'idée de retourner au travail. Pour faciliter votre retour, misez sur l'organisation : confirmez les dispositions entourant la garde de votre enfant, planifiez soigneusement vos routines du matin et du soir, et, si vous allaitez, prévoyez une façon de continuer à le faire tout en travaillant.

 

© LifeWorks Canada Ltd 2017